Laurence H.

par (Libraire)
11 août 2022

Un très beau livre sur la douleur et la richesse d'être différent

A la maternelle, Charly s'éclate avec les tricycles alors quand il passe à la "grande école", il ne comprend pas trop pourquoi l'autre là, il veut jamais le prêter, son fauteuil à roulettes. Charly ne trouve pas ça juste, parce que Charly a sa propre façon de voir le monde. Il fonce sur le garçon, le fait tomber de son fauteuil à roulettes, et bim, il part faire le zouave avec. Tout va devenir très très compliqué par Charly à cause de "l'handicapé". Il comprend bien qu'il a fait une grosse bêtise, mais il ne comprend pas pourquoi d'un seul coup, il devient le paria de l'école. Un grand arbre noir va lui pousser dans le ventre, un grand arbre d'angoisse et de frayeur.
Lumineux texte sur la différence, le rejet, la solitude à l'école et puis la lumière, des adultes attentifs, et l'amitié, comme un grand pansement. Une grande réussite pour lecteurs à partir de 8-9 ans.

par (Libraire)
14 mai 2022

Etre gourmand en temps de guerre ?

Au mode Downton Abbey, voilà une englicherie comme on les adore.

Alors que les restrictions vident les magasins anglais dès 1940, bien nourrir la famille anglaise devient une arme de guerre, une composante essentielle de cette attitude so british, entre le "never explain, never complain" et "We shall fight on the beaches, we shall fight on the landing grounds, we shall fight in the fields and in the streets, we shall fight in the hills; we shall never surrender" (Churchill-8 juin 1940).

Nous sommes en juin, dans le sud de l'Angleterre, et la BBC a décidé de lancer un concours auprès des ménagères anglaises, invitées à développer des prouesses d'imagination pour cuisiner 300gr de rien avec 600 gr d'un peu de quelque chose pout faire quelque chose de bon qui préservera la santé des petits anglais et le moral de l'arrière.

4 femmes dont les destins difficiles se croisent vont batailler pour gagner ce concours dont la victoire assurerait à chacune quelque chose de l'ordre de la survie. Alors qu'on les imagine un instant se battre à coups de "Gâteau de gala de Mrs Quince adapté au temps de guerre" et "Friands à la sardine de Lady Gwendoline" nos quatre héroînes qui subissent déjà dans leur vie la brutalité de la guerre, vont en fait développer des trésors de solidarité féminine et de grande capacités de résilience.

"Les recette des Dames de Fenley" est une jolie dégustation printanière, enlevée, prenante, et finalement assez émouvante.

par (Libraire)
14 mai 2022

Un road-movie médiéval, picaresque et essentiel !

Ah que voilà une bd pétillante, marrante et virevoltante sur un sujet qui pourtant, ne prête pas trop à rigoler, tant le réveil actuel des tyrans fait de l'obscurantisme une réalité terrifiante.

C'est en plein cagnard andalou que l'on suit nos trois improbables héros (un eunuque lettré, une esclave enlumineuse et un attachant gredin menteur comme un arracheur de dents) dans leur laborieuse expédition pour sauver quelques livres majeurs des flammes de l'autodafé qui brulera les 400 000 livres de l'exceptionnelle bibliothèque de Cordoue.

Faire avancer cette vieille carne de mule rétive et surchargée de centaine de livres ne constitue pas le seul enjeu du livre qui est une émouvante fable sur ces fous dingues prêt à tout risquer pour sauver le savoir et la liberté de penser des mains griffues de tous les censeurs.

Une interrogation chère au coeur de votre serviteur !

par (Libraire)
24 mars 2022

Les animaux de Versailles dans la tourmente révolutionnaire

Avec l'habileté du bon auteur de roman historique, Alexandra de Broca mêle petite et grande histoire, destin individuel et grand fleuve historique qui balaie tout. On ne boude pas son plaisir, et on se laisse emporter !

Nous sommes en juillet 1788, Claire est en charge du soin des animaux de la Ménagerie du Château de Versailles. Elle est sensible à la souffrance des animaux, et s'intéresse aux travaux de ces Messieurs de l'Académie qui, à la suite de Jean-Jacques Rousseau, considère que la condition de l'animal et celle de l'être humain ne sont pas si éloignées.

Malheureusement, si Louis XIV affectionnait sa Ménagerie, ses successeurs ne s'y sont pas tellement intéressés et celle-ci tombe un peu en ruine. Claire doit se démener pour avoir les moyens de réparer les bâtiments et commander du foin jusqu'au jour ou Louis XVI et Marie-Antoinette, ne sachant plus à quel Saint se vouer pour alléger les souffrances du jeune Dauphin qui est très malade, décident de l'emmener visiter la Ménagerie afin de le distraire de ses douleurs. Entre la jeune Claire et cet enfant qui souffre le martyr, nait une jolie amitié qui sera balayée par la Révolution. Le destin de Claire va s'emballer. Comment nourrir ses zèbres et son rhinocéros alors que le peuple a faim. Comment préserver ces animaux sauvages, alors qu'ils étaient le bon plaisir du Roi ?

Un grand sens romanesque, des personnages attachants et une période passionnante font de ce joli roman un très agréable moment de lecture.

par (Libraire)
8 novembre 2021

Formidable premier roman

Avec "Marchands de mort subite", Max Izambard fait une entrée assez spectaculaire dans l'univers de la littérature policière, et on ne peut qu'être soufflé par la maestria avec lequel ce premier roman est mené.
Max Izambard connait bien l'Afrique des Grands Lacs et plus particulièrement l'Ouganda, que terrifiant et grotesque Idi Amin Dada nous fit connaitre en son temps. Dans ce romant très bien informé, et c'est ce qui le rend passionnant, nous suivant Pierre Marlot sur les traces de sa fille Anne, journaliste free-lance qui a disparut lors d'une enquête sur l'exploitation "pirate" des mines d'or de la RDC (République Démocratique du Congo) voisine.
On comprend très vite, avec Pierre, qu'il a mis les pieds dans un panier de crabes bien dangereux (gouvernement, exploitants miniers sans scrupules, forces de l'Onu, Ambassade de France) ou chacun préserve sans états d'âmes ses immenses intérêts.
Pierre s'appuie sur les réseaux amicaux d'Anne, et l'on rencontre quelque belles figures, dont l'émouvant médecin urgentiste Ibrahim, dont la préoccupation est de soigner les plus faibles et les plus traqués.
Il y a de nombreuses pages passionnantes dans ce livre, mais celles qui concerne une entrevue avec le Président, qui du haut de sa terrasse, surveille son troupeau de bovins, éleveur dans l'âme qu'il est resté, sont fascinantes. Une très belle réussite.