Disparaître, roman
EAN13 : 9782246822004
ISBN :978-2-246-82200-4
Éditeur :Grasset
Date Parution :
Collection :Littérature Française
Nombre de pages :216
Dimensions : 21 x 13 x 1 cm
Poids : 258 g
Langue : français

Disparaître

roman

De

Une jeune femme met fin à ses jours à Paris, dans le XVIII° arrondissement.
Un homme est retrouvé noyé sur une plage, à Saint-Jean Cap Ferrat, sans que personne soit en mesure de l’identifier  : le séjour en mer l’a défiguré, et l’extrémité de chacun de ses doigts a été brûlée.
Quel lien unit ces deux affaires  ? Qui a pris tant de soin à préserver l’anonymat du noyé, et pour quelles raisons  ? Qu’est-ce qui peut pousser un homme ou une femme à vouloir disparaître  ?
 
Avec ce roman impossible à lâcher, Mathieu Menegaux rejoint ceux qui pensent que les histoires d’amour finissent mal, en général.

Mathieu Menegaux (Auteur) a également contribué aux livres...

Un fils parfait, roman

Un fils parfait, roman

Mathieu Menegaux

Grasset

Indisponible sur notre site
Je me suis tue

Je me suis tue

Mathieu Menegaux

Grasset

Indisponible sur notre site
En savoir plus sur Mathieu Menegaux

1 Commentaire 4 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

amour, suicide

4 étoiles

Par .

Ouvrir un roman de Mathieu Menegaux, c’est accepter d’être surpris et malmené par l’histoire qu’il nous raconte.

C’est pourquoi j’ai été étonné une bonne partie de ma lecture : le roman raconte une histoire d’amour entre un quinquagénaire banquier émérite et reconnu au sein de sa banque – un homme aux dents longues mais sans histoire – et une jeune femme qui vient juste d’entrée dans la-dite banque. Elle doit faire ses preuves comme tous les nouveaux venus, est soumise à un stress intense qui la mène à l’hôpital.

Son patron se rend à son chevet, et l’idylle commence.

En parallèle, nous suivons un enquêteur à Saint-Jean Cap Ferrat chargé d’identifier un noyé imberbe et sans empreinte digitale, après 3 semaines immergé.

Et qui est cette jeune fille qui a sauté de son balcon à Paris et est décédée ?

C’est en refermant le roman, en imaginant ce qu’avait pu vivre le futur noyé pour en arriver à une telle extrémité que toute la violence subie m’est apparue.

Il suffit d’un rien, mais de plusieurs émotions fortes pour faire basculer une vie au point de vouloir la détruire, se détruite soi-même.

Un roman puissant dont les personnages me resteront en mémoire longtemps.

L’image que je retiendrai :

Celle de la vie bien réglée du banquier qui n’a dans sa garde-robe que des costumes sombres, des chemises de deux couleurs et nombres de cravates assorties.

https://alexmotamots.fr/disparaitre-mathieu-menegaux/